Il n’y a rien de plus indigne et malhonnête qu’un prédateur sexuel qui utilise sa position dans le cadre de la réponse humanitaire à une catastrophe naturelle pour exploiter les personnes nécessiteuses dans leurs moments de grande vulnérabilité.

La présidence haïtienne estime que ce qui s’est passé est une violation extrêmement grave de la dignité humaine.

Ce cas est d’autant plus odieux que les fonds qui ont financé ces crimes furent obtenus du peuple britannique dans un élan d’altruisme et de solidarité envers le peuple haïtien.

Le peuple Haïtien fut et est immensément reconnaissant pour le support que la communauté internationale lui a fournie après la terrible tragédie que fut le séisme janvier 2010. Cependant, cette gratitude ne doit, en aucun cas, être assimilée à une docilité face à ces violations inacceptables. Des désastres peuvent survenir ; mais la dignité et les droits humains sont inaliénables.

En Haïti, nous avons eu, en général, de bonnes expériences avec la communauté internationale. Cependant, nous en avons connu de terribles aussi.

Par conséquent, qu’il soit clair pour tous les partenaires internationaux d’Haïti, si leur personnel exploite ou fait du tort à nos citoyens alors qu’ils sont censés les « assister », nous ne saurons le tolérer et nous ne le tolèrerons pas.

La communauté internationale a adopté la devise de « ne causer aucun préjudice ». Le Gouvernement de la République d’Haïti y souscrit pleinement, et entend appliquer ce principe dans ses rapports avec l’ensemble de ses partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.