Le Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) dans son dernier rapport informe que l’épidémie de choléra continue, avec une légère tendance à la hausse en mars 2018. Le nombre de cas suspects s’est élevé à 290 et 1 décès comparativement aux 249 cas suspects et 1 décès enregistrés en février.

De janvier à mars 2018, le taux d’incidence était de 0,08%, ce qui représente une diminution par rapport à la même période en 2017 où le taux d’incidence était de 0,37%.

L’épidémie continue de se concentrer dans son bassin habituel, les départements les plus touchés restant l’Ouest, le Centre et l’Artibonite. L’Ouest, qui concentre environ 40 % de la population, a enregistré 137 cas, le Centre 63 et l’Artibonite 41.

Cependant, les récentes remontées de cas dans le Nord et Nord-Ouest, rappellent que la vulnérabilité au choléra reste forte sur l’ensemble du territoire national. La saison des pluies d’avril à juin, ainsi que le début de la période des fêtes patronales à travers le pays, entre juin et septembre, constituent des facteurs de risque importants qui requièrent de maintenir à niveau les activités de réponse au choléra, à savoir la coordination, la prise en charge, la surveillance épidémiologique, et la réponse rapide communautaire, précise le rapport de l’Ocha.

A ces activités, l’utilisation à grande échelle de la vaccination orale contre le choléra pour réduire immédiatement la charge de morbidité dans les ‘hotspots’, devrait être ajoutée de manière plus systématique

Le financement constitue l’une des préoccupations des acteurs impliqués dans la lutte contre le choléra. A travers le plan de réponse humanitaire 2017-2018 révisé (HRP) lancé en janvier 2018, le secteur choléra a sollicité 21,7 millions de dollars américains afin de répondre aux prévisions de cas de choléra cette année et aussi pour atteindre l’objectif à moyen-terme de moins de 11 000 cas en 2018.

Toutefois L’OPS/OMS dispose actuellement de 2 millions de dollars pour la réponse au choléra en 2018 (les 600 000 USD restants reçus en 2017 du MPTF2, de la Banque mondiale et du Canada et 1,4 millions de dollars américains du CERF UFE3).

Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) dispose pour l’année 2018 de 6,1 millions de dollars américains (dont 1,3 million du CERF UFE, 1 million du Japon au titre du MPTF et 400,000 du Canada, qui s’ajoutent aux contributions précédentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *