141 personnes sont mortes en Haïti des suites de l’épidémie du choléra au cours de l’année 2017 tandis que près de 13.000 cas de personnes atteintes ont été enregistrés, selon des statistiques établies par l’organisation onusienne de réponse humanitaire OCHA.

Toutefois, selon, un rapport couvrant l’année 2017 (janvier à novembre), ces données représentent une baisse de 67% et 66% en comparaison à la même période en 2016. Haïti reste, cependant, « exposé à un risque de recrudescence soudaine de la maladie ».

Au cours du mois de novembre 2017, le département de l’Artibonite est resté la région la plus touchée avec un total de 402 cas suspects. Un foyer de cholera a été répertorié dans le nord-ouest où 157 cas ont été enregistrés, ce qui constitue une remontée de l’épidémie dans le nord du pays, souligne OCHA.

 

L’organisation de l’ONU a assuré que des efforts soutenus se poursuivaient dans tous les départements du pays où les 57 équipes mobiles supportées par l’UNICEF, en partenariat avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population et les techniciens de la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA) interviennent rapidement pour empêcher la transmission de la maladie dans les communautés touchées.

 

Au niveau institutionnel, l’OPS/OMS, avec les partenaires santé, apporte un appui à la coordination et au renforcement de la prise en charge sur le terrain dans les zones de flambée.

 

Cependant, les faiblesses du système de santé, le faible accès à l’eau et à l’assainissement des populations, ainsi que le manque de financement risquent de compromettre les efforts fournis par l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre le choléra. S/HPN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.