Les conséquences de la grève des douaniers peuvent être dramatiques pour le budget 2017-2018 en particulier et l’économie nationale en général.

Le ministre de l’économie et des finances, Jude Alix Patrick Salomon, avait mis en garde contre la poursuite de cette grève qui fait perdre en moyenne 150 millions de gourdes par jour au Trésor. Le déficit pour le budget est supérieur à 20 millions de dollars après 10 jours de grève.

M. Salomon avait prévenu qu’au delà d’une semaine de grève les pertes pourraient être irrécupérables prédisant l’incapacité de l’Etat à financer certains projets d’infrastructure.

Les opérations ont repris hier dans plusieurs ports du pays grâce à l’action des équipes d’urgence mises sur pied par les directions.

Entre temps 8 entreprises du secteur textile ont fermé leur porte. Les responsables de ces entreprises évoquent le Non-accès aux marchandises bloquées à la douane et l’incapacité à respecter les commandes de certains clients.

Le plus grand parc industriel d’Haïti, le parc Caracol était également sous la menace d’une fermeture. Cependant une équipe spéciale de douaniers avait été dépêchée à Caracol pour faciliter l’accès aux intrants indispensables pour le fonctionnement du plus grand parc industriel d’Haiti.

M. Salomon avait mis en garde contre une autre conséquence terrible de la grève. Le pays peut perdre sa crédibilité, dit-il faisant allusion à l’impossibilité pour certaines entreprises de répondre à leurs engagements. De plus les autorités haïtiennes redoutent que cette gave dissuadent certains entrepreneurs étrangers qui envisageaient d’investir au pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.