Après avoir annoncé le 4 juin 2018 sa démission à la tête de la mairie des Cayes pour des raisons personnelles tout en restant à liquider les affaires courantes pendant près de quatre mois, le maire démissionnaire Jean Gabriel Fortuné va enfin vider les lieux.

L’ancien député des cayes à la 46e législature et également ancien sénateur de la république, se dit déjà en préparation à quitter la tête du conseil municipal de la ville des Cayes à la fin de ce mois d’octobre, malgré le refus d’acceptation de sa démission par le ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales.

Dans une correspondance en date du 28 Août dernier portant la signature du ministre de l’intérieur Jean Marie Reynaldo Brunet, deux mois et quelques jours après l’annonce de sa décision de démissionner, le MICT avait exhorté le désormais ex-premier citoyen à se ressaisir et retourner à occuper sa place correctement en tant que chef du cartel et s’assurer de ses responsabilités. Ce que Gabriel Fortuné a refusé d’un revers de main en affirmant que « J’avais décidé de démissionner pour des raisons très importantes et je suis prêt à assumer toutes les conséquences politiques. Je signe les documents depuis chez moi. Je ne me rends pas à la mairie puisque le cartel est divisé. Moi et Pierre Étienne sont à couteaux tirés » , avait déclaré le premier citoyen de la ville des Cayes.

Régissant la semaine dernière à propos de la correspondance du MICT, aucun cadre du ministère n’a rencontré en contact avec lui pour savoir les principales motivations d’une telle décision personnelle qui a engendrée une portée d’ordre administratif, selon Gabriel Fortuné.

Grand allié du régime en place, M. Fortuné doit écrire une lettre conforme et l’adresser au ministre de tutelle pour l’informer de manière judico-administratrive sa démission, avant même de plier bagage définitivement.

Il s’excuse auprès des habitants de la ville des Cayes et promet de continuer à enchérir sa vie politique avec l’arrivée prochaine de deux nouvelles structures politiques dont la Coalition des Patriotes contre l’impunité et la corruption, et Konbit pour la libération d’Haïti.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.