Fin de crise ? Pas encore… Mais au moins la sélection espagnole connaît le nom du remplaçant de Julen Lopetegui viré ce mercredi matin à 48 heures du premier match du Mondial face au Portugal. C’est Fernando Hierro qui reprend en main la Roja.

La crise vécue par l’Espagne a pris un nouveau tournant avec la nomination de Fernando Hierro moins de deux après l’officialisation du licenciement de Julen Lopetegui en tant que sélectionneur. Il paye son départ pour le Real Madrid et surtout l’absence de communication avec la Fédération. Luis Rubiales, le président, furieux mardi, est passé outre les recommandations de membres de la fédération et la volonté des joueurs de poursuivre avec Lopetegui.

 

Le futur entraîneur du Real Madrid pourra se targuer de quitter la Roja sans la moindre défaite… « Je le respecte beaucoup, c’est un top entraîneur. C’était une décision très difficile, mais encore une fois il y a la manière. Ça va nous rendre plus fort, j’en suis sûr », avait expliqué Rubiales en conférence de presse dans la matinée. Apprendre le départ de son sélectionneur après le Mondial 5 minutes avant l’officialisation n’est pas passé. S’il n’avait pas souhaité livrer le nom de son successeur devant la presse, cela n’a pas tardé.

Moins de deux heures après, Fernando Hierro, jusque-là directeur sportif de la fédération, est nommé jusqu’à la fin de la Coupe du monde. L’ancien capitaine et défenseur du Real Madrid avait été filmé en train de se disputer avec Lopetegui mardi quelques heures après l’annonce du Real. Hierro est évidemment proche des joueurs mais il aura la redoutable mission de faire oublier un Lopetegui redoutable d’efficacité jusque-là. L’Espagne va, plus que jamais, être scrutée face au Portugal.

Pierre Jean Miguel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.