Soumis à un entrainement brutal en plein soleil, un élève de la police a succombé à ses mauvais traitement dans la ville de la Rioja, en Argentine.

 

Emanuel Garay avait 18 ans. C’était son premier jour à l’école de police de La Rioja, dans le nord de l’Argentine. Il est mort de déshydratation sévère après un entraînement dans des conditions brutales.

« Ce qu’ils leur ont fait, à ces garçons, ce jour-là, ce n’était pas un entraînement. Ils les ont maltraités, ils les ont frappés, ils leur ont fait des horreurs. On dirait un récit de la dictature militaire » (1976-1983), a dénoncé lundi Roque Garay, le frère du jeune homme décédé, sur la radio FM La Patriada. « On l’a sorti de l’école de police dans le coma », t-il ajouté.

Interdiction de boire de l’eau

Lundi dernier, les jeunes policiers ont été soumis à un entraînement très dur au soleil, sous une chaleur de 40 degrés et avec interdiction de boire de l’eau, a raconté à la radio un représentant des autorités régionales, Juan Luna.

Le jeune Emanuel s’était pourtant préparé depuis trois mois, il avait passé toutes les épreuves physiques, il ne buvait pas, ne fumait pas », a ajouté son frère. Il est décédé samedi, cinq jours après avoir été hospitalisé. L’autopsie a déterminé qu’il avait souffert de déshydratation aiguë et d’insuffisance rénale.

« Après six heures sans eau, Emanuel a commencé à avoir des convulsions. Une ambulance n’est venue le chercher que 40 minutes plus tard », a détaillé un proche de la famille à La Nacion.

« Quand ils demandaient de l’eau, on leur refusait et on les insultait: « Pédés, allez demander de l’eau à vos mamans », a détaillé ce proche. L’entraînement a eu lieu sur un terrain de basket surnommé « la poêle », en raison de la chaleur extrême qui y règne.

Le pronostic vital de plusieurs élèves est réservé

14 autres élèves, âgés de 19 à 26 ans ont dû être hospitalisés à l’issue de cet entraînement sous une chaleur écrasante, selon leurs proches. « Il y a d’autres garçons qui sont en train de lutter pour leur vie. Mon frère n’est pas un cas isolé, quelqu’un qui n’a pas tenu car il n’était pas préparé physiquement », a souligné Roque Garay. Le pronostic vital de plusieurs d’entre eux est réservé, selon le site

Les autorités de la province de La Rioja ont ouvert une enquête pénale et suspendu les responsables locaux de la police. Le parquet a ordonné l’arrestation de quatre commissaires et quatre officiers chargés de l’entraînement des jeunes recrues, accusés d’homicide et de manquement à leurs fonctions. La famille assure que six autres élèves-policiers sont responsables de brutalités envers leur fils, à l’instigation de leurs entraîneurs, selon le journal Clarin.

Les mauvais traitements pratiqués à l’école de police de La Rioja ont déjà été dénoncés selon le journal local Rioja Libre. Des images de mauvais traitements ont circulé, dont ceux d’une instructrice frappant un élève du pied pour lui maintenir la tête dans l’eau.

S/Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.