Les organisations politiques Fanmi Lavalas et Pitit Dessalines refusent d’accepter le financement de l’administration Moïse-Lafontant qui met en application, depuis le 21 janvier dernier, la loi du 16 janvier 2014.

Pour ces partis constituant l’opposition radicale au régime en place, il s’agirait d’une tentative de corruption bien pensée par l’équipe au Pouvoir pour faire taire les critiques et les dénonciations.

Durcissant leur position, Moïse Jean-Charles de et Schiller Louidor, mettent en défi quiconque s’aviserait d’obtenir de l’Etat de l’argent au nom de leur structure politique.

Des 57 partis politiques éligibles à se partager les 571 millions de gourdes dans le cadre du financement, Pitit Dessalines et Fanmi Lavalas sont les seuls à refuser cet argent.

Lors de la cérémonie tenue à la Primature, lundi dernier, le titulaire du ministère de l’économie et des finances, Jude Alix Patrick Salomon, avait fait savoir que les fonds refusés par ces Partis seront reversés au Trésor public.

Notons que la distribution des chèques par l’Etat divise la plateforme VERITE. Deux élus de cette structure politique, Antonio Chéramy et Jerry Tardieu prennent leurs distances par rapport aux autres membres qui décident de s’aligner à l’initiative du Pouvoir en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.