Le président de la République, Jovenel Moïse, accompagné de la ministre des Sports, Régine Lamur, a reçu le mercredi 17 janvier au Palais national les lettres de créance de deux nouveaux diplomates accrédités en Haïti. Il s’agit de Jeffrey A. Williams, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des Bahamas, et Janet Omoleegho Olisa, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Nigéria.
Tapis rouge, haie d’honneur, musique de la garde présidentielle, le service du protocole du palais national rien n’a été laissé au hasard pour accueillir les nouveaux ambassadeurs à la hauteur de leur rang. Conduits au salon d’honneur par l’ambassadeur Yve Mazile, chef du protocole du palais, qui a ensuite prononcé les formules de présentation des lettres de créance, les deux nouveaux diplomates ont soumis les documents les habilitant à représenter leurs pays respectifs auprès du gouvernement haïtien.Accompagnés des membres de leurs missions diplomatiques respectives, les ambassadeurs de Bahamas et du Nigeria ont pu s’entretenir tour à tour avec le président Moïse pendant une demi-heure. Dans une ambiance conviviale, ces nouveaux ambassadeurs ont renouvelé l’engagement de leurs pays respectifs à maintenir d’étroits liens d’amitié avec Haïti et à renforcer la coopération entre leurs pays et le nôtre.

A l’issue de la cérémonie, l’ambassadeur du Bahamas a fait savoir que dans ses souvenirs 80% des fruits et légumes consommés dans son pays provenaient d’Haïti. Le commerce bilatéral était florissant. À présent, c’est la question de la migration qui le préoccupe. De sa discussion avec le président Jovenel Moïse, il ressort qu’un traité sur la régularisation de la situation des migrants sera appliqué. « Les Haïtiens sont victime d’inégalité. Nous voulons qu’ils aient un traitement équitable par le biais d’un protocole d’accord afin de donner aux enfants nés de parents haïtiens qui naissent aux Bahamas un meilleur encadrement », a annoncé Jeffrey A. Williams.

L’ambassadeur du Nigéria, Janet Omoleegho Olisa, portant une robe ornée des paillettes et un turban autour de sa tête, veut de son côté prioriser une « coopération très technique ». Les échanges culturels et la consolidation des relations fraternelles doivent aussi se manifester dans les domaines ciblés. « Je ne peux pas imposer mes idées à Haïti, mais nous pouvons définir ensemble ce que nous pouvons faire », a-t-elle indiqué.

Le président Jovenel Moïse a, pour sa part, rassuré les diplomates de sa volonté de travailler au développement harmonieux des relations entre Haïti et ces deux pays amis.

Les lettres de créance constituent des documents officiels qu’un chef d’État ou de gouvernement signe et confie à un ambassadeur qu’il vient de nommer, afin que celui-ci le remette au chef d’État ou de gouvernement (et en de rares occasions au ministre des Affaires étrangères) du pays hôte. C’est la réception de ce document par le pays hôte qui officialise la nomination et l’accréditation de l’ambassadeur.

Ricardo Lambert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.