Depuis son retour de Cuba où il a été se faire soigner d’une infection à l’oreille et sa participation le 29 novembre dernier à la manifestation antigouvernementale, le chef de l’opposition politique est sorti des radars. Moïse Jean-Charles, joint par téléphone mardi, a confié au Nouvelliste qu’il se repose et se reprend avant de relancer la machine de la mobilisation le 10 janvier 2018.

Voilà déjà plus de deux semaines depuis qu’il est totalement sorti des radars de la scène politique. Il n’est pas dans les habitudes de Moïse Jean-Charles de garder le silence, de se replier sur lui-même, de ne pas prendre position sur l’actualité politique. Le proactif leader politique et chef de l’opposition antigouvernementale est pratiquement mis K.O. par une infection à l’oreille et une paralysie faciale … qui l’ont conduit tour à tour à l’hôpital en Haïti et à Cuba.

« Je commence à m’améliorer. Je me repose pour le moment… », a confié au Nouvelliste le leader de la plateforme Pitit Dessalines. Dans cet entretien téléphonique accordé au journal lundi, on pouvait facilement remarquer que l’ancien candidat à la présidence lors des dernières élections n’a pas encore retrouvé toute sa capacité d’orateur. Cependant, il reste cohérent dans ses propos.

« On essaie de résoudre les problèmes de la plateforme. Je vais lancer le parti politique Pitit Dessalines », a-t-il annoncé.

Moïse Jean-Charles a dénoncé le fait que Frantz Perpignan, un de ses collègues dans la plateforme Pitit Dessalines, avait intenté une action en justice contre lui afin de l’empêcher de prendre la parole au nom de l’organisation politique. Il dit avoir été plusieurs fois au tribunal dans le cadre de ce dossier.

L’ancien sénateur du Nord a fait savoir que Frantz Perpignan l’a récemment contacté afin de trouver une solution. Maintenant, a dit Moïse Jean-Charles, « je suis le seul légalement habilité à décider pour la plateforme et le parti Pitit Dessalines. »

Même s’il n’est pas actif sur le terrain, Moïse Jean-Charles a indiqué qu’il a suivi de très près l’actualité politique pour ne pas être totalement déconnecté. « Tous les matins je lis Le Nouvelliste et je suis les infos tous les jours sur Radio Magik 9, Vision 2000, Scoop FM, Caraïbes, Tropic FM… Même si je ne fais pas de déclarations, je reste connecté », a-t-il dit.

Selon le leader politique, n’étaient les faiblesses de l’opposition, le président Jovenel Moïse ne pourrait pas retourner au pays après les déclarations qu’il a faites à Paris sur le système judiciaire et sur le rapport de PetroCaribe. « J’ai noté tous les faux pas de Jovenel Moïse, à notre retour, ils seront utilisés contre lui », a-t-il dit.

En outre, il a indiqué que Pitit Dessalines n’accepterait pas le financement public des partis politiques. Sur les 572 millions de gourdes qui seront décaissées pour financer les partis, l’organisation politique de Moïse Jean-Charles a droit à environ 17 millions.

L’ex-sénateur a affirmé qu’il allait se reposer et prendre ses médicaments pendant le reste de cette année. Mais, a-t-il annoncé, à partir du 8 janvier 2018, il reprendra le flambeau de la mobilisation antigouvernementale et la restructuration de son organisation politique tant en Haïti qu’à l’étranger.

S/LeNouvelliste

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.