Les relations entre le FC Barcelone et le clan Neymar étaient déjà complexes, cela ne va pas s’arranger puisque les deux parties s’attaquent mutuellement en justice, se réclamant chacun des dizaines de millions d’euros.

L’affaire ne fait sans doute que commencer. Et elle n’est finalement que la continuité d’un divorce qui s’est mal passé. Le clan Neymar a en effet mis ses menaces à exécution en attaquant le Barça, devant un tribunal de Barcelone, annonce le quotidien espagnol El Mundo. La requête consiste en l’absence de paiement de la prime de prolongation prévue par contrat à l’automne 2016.

Une somme de quasiment 30 millions d’euros (26 millions plus 10% en intérêts) que le club a refusé de verser au Brésilien quand il a su qu’il comptait rejoindre le Paris Saint-Germain. Le Barça devait régler cette somme au 1er août mais bien évidemment, il n’a pas cédé d’un pouce sur le sujet. Aujourd’hui, le club catalan a répondu à cette attaque en justice par une contre-attaque immédiate puisqu’elle a dénoncé Neymar et lui demande 75 millions. Le Barça réclame tous les revenus liés à la prolongation de contrat ainsi qu’une amende de 9 millions d’euros…

Une bataille judiciaire à laquelle il convient de noter les fuites venues du Brésil qui ont permis de découvrir les sommes exactes payées par le Barça pour engager la pépite brésilienne. Loin des 57,1 millions annoncés par Sandro Rosell (il avait démissionné après les premières révélations), le Barça aurait en fait dépensé 134 millions nets, sans oublier plus de 71 millions en revenus pour le joueur, soit plus de 200 millions au total. Et évidemment, ces révélations sont de nature à placer le club blaugrana dans une position très délicate avec un jugement en cours pour « corruption ». Toutes ces parties n’ont pas fini de se croiser…

Pierre Jean Miguel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.